Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Texte libre

 
 
 
pour en savoir plus 
 je vous convie à visiter le blog de mon ami
 

Articles Récents

14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 22:00
Toutes les rencontres se terminent par une invitation à prnendre un thé dans la yourte.
Les mongols sont très fiers de convier les touristes à visiter leur petit intérieur, à faire connaissance avec la petite famille, l'épouse, les enfants, les plus petits qui ne quittent pas leur maman et les plus grands, le week end lorsqu'ils rentrent de l'école au chef lieu de région.
En Mongolie, l'école est obligatoire de 6 à 13 ans.
Ensuite, les plus riches continuent le collège, le lycée et éventuellement s'ils en ont les moyens et les capacités, l'université.
Avant l'indépendance, les étudiants continuaient leurs études dans les universités ou les écoles techniques de l'union soviétique.
Depuis, les études supérieures se font à Ulaan Baator et dans quelques grandes villes; mais les débouchés sont très rares et le taux de chômage, élevé.
De nombreux ingénieurs de l'ère soviétique se sont recyclés dans le tourisme comme chauffeurs, cuisiniers, guides mais la siason ne dure que 3 mois, c'est peu pour vivre.
Le SMIC se monte à 50 dollars/mois; un médecin gagne 160 dollars, un professeur retraité, 30 à 40 dollars d'où la nécessité de se lancer ensuite dans l'élevage pour survivre "décemment".
 
Malgré toutes ces difficultés, l'accueil est très chaleureux; les mongols partagent tout ce qu'ils ont, thé au lait salé, beignets, crème de lait bouilli, fromage, airak ou alcool de lait, tous ces produits étant faits maison.
 
 
Le thé salé au lait, la boisson de base est préparé sur le fourneau alimenté par de la bouse séchée, le bois étant rare et cher.
Nous nous retrouvons rapidement autour d'une petite table bien garnie, à déguster des spécialités locales qui vont du lait séché au fromage de vache ou de chèvre.
 
 
Nos chauffeurs, ravis de retrouver une nourriture de base font le service et enduisent généreusement les beignets de crème avant de nous les offrir tandis que la maitresse de maison sert le thé au lait salé dans des bols. Le fromage sèche sur un fil, au plafond de la yourte; qu'il soit fait de lait séché ou de lait caillé égoutté, en masse ou en vermisselle, il est extrèmement dur et difficile à consommer, pour nous occidentaux.
préparation du thé au lait salé
 
A la fin de ce petit repas nous est servi le traditionnel airak, un lait de jument fermenté, entre 15 et 30 degrés suivant un rite étrange; le maître de maison remplit un bol et le présente à un invité qui boit une gorgée et rend le bol au maitre qui remplit à nouveau le bol avant de le présenter à l'invité suivant et ainsi de suite jusqu'à ce que tous les hôtes aient bu.
Cette manière de boire est utilisée, quelle que soit la boisson offerte, alcool de lait, vodka......
 
 
Le moment est venu de prendre congé de nos charmants hôtes, et après l'échange de cadeaux, notamment des ballons pour les enfants, quelques photos souvenir sont prises avec échanges d'adresse et la promesse de leur envoyer beaucoup de photos.
 


toute la famille, grands parents, enfants, conjoints, petits enfants posent fièrement
 

 

 

 

 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dany 02/09/2015 10:37

ce matin il fait un peu plus frais, mais le soleil est présent....
bonne journée de mercredi.

pyrausta 18/08/2011 12:12



beau moment de partage.je retrouve dans la façon de faire l'hospitalité Berbere.



gigi 17/08/2011 16:45



Ce peupe est bien plus " civilisé " que nous français, car même dans nos campagnes de Lozère , que l'on qualifie de France profnde, on a bien perdu les traditions . Bises. Ginette



Caroline 16/08/2011 19:08



Que j'aurai aimé être là, dans cette yourte et rencontrer cette belle famille !!!!


Bonne soirée Yvon !



Nokomis 16/08/2011 14:03



Bon Jour Yvon,
Superbe reportage !
Je suis une adepte du beurre salé et de Tsampa, aliments principaux des Tibétains aussi.
Merci pour ce partage et à très bientôt